Matrix 2 (cf article précédent)

Publié le par maguy

Plus tard

 

Moi : Dis-moi, ce fameux article sur les matrices je-ne-sais-plus-quoi, tu l’as lu ?

 

Chéri : De quoi tu.. ? Ah, oui, oui, je l’ai lu !

 

Moi : Et tu as trouvé ça intéressant ?

 

C. : Oui, très intéressant !

 

M. : Mais toi, tu t’en sers ?

 

C. : De quoi ?

 

M. : Mais des matrices, voyons : tu t’en sers dans ton boulot ?

 

C. : Ah, non, non, pas du tout !

 

M. : Mais ça sert à quoi, alors, les matrices, concrètement ?

 

NB : Oui, parce que l’arrivée de la série Numbers dans ma vie est à l’origine de deux découvertes bouleversantes : le très mignon David Krumholtz qui me fait totalement craquer, et le fait que les maths pouvaient vraiment servir dans la vie réelle : oui, jusqu’alors, je croyais qu’à part les opérations de base (+, -) qui nous permettaient de ne pas (trop) nous faire arnaquer au supermarché, les maths existaient surtout pour donner du plaisir à des professeurs sadiques et pour rendre fou élèves et parents d’élèves (ah, la tête de mon père la veille des jours où je devais rendre un devoir à la maison de maths, je m’en souviens encore !).

 

C. : Je crois que les physiciens utilisent beaucoup les matrices.

 

M. : Ah, et qu’est-ce qu’ils en font ?

 

C. : Eh bien, ils font des expériences, puis ils prennent des résultats de leurs expériences, les collent dans une matrice et paf !! il se passe des tas de phénomènes qu’ils peuvent observer !

 

M. : Quels phénomènes ?

 

C. : Mais je n’en sais rien, je ne suis pas physicien, moi !

 

M. : Mais toi donc, tu ne te sers pas des matrices!

 

C. : Absolument pas !

 

M. : Ah, c’est bien un truc de mathématicien, ça !

 

C. : Quoi donc ?

 

M. : Se passionner pour une chose qui ne lui sert absolument à rien !

 

C. : Ce n’est pas réservé aux mathématiciens.

 

M. : Qu’est-ce que tu veux dire ?

 

C. :  Par exemple, tous ces magazines people que tu lis, tu peux me dire à quoi ils te servent concrètement ?

 

M. : Eh bien, heu, … à rêver ?

 

C. : Eh bien, moi c’est pareil, les matrices me font rêver : elles me rappellent le temps béni où j’étais à la fac et où j’avais eu la meilleure note à un devoir sur les polynômes de matrices (NB : je ne veux même pas savoir ce que c’est !) parce que je maîtrisais totalement le sujet.

 

M. : Remarque, tu as raison, moi aussi, les matrices me font  rêver !

 

C. : Vraiment ? Et de quoi ?

 

M. : Mais de Keanu Reeves, bien sûr !

Publié dans Maths à gogo

Commenter cet article