Hoquet

Publié le par maguy

Mon Chéri et moi nous trouvons dans la salle à manger et discutons tranquillement. Tout à coup …

 

Moi : Hic !

 

Chéri : Tiens, ça faisait longtemps !

 

Moi : Hic !   Mais qu’est-ce qui   Hic !  m’arrive ?

 

Chéri : Sans être médecin, je dirais que ça ressemble étrangement à une crise de hoquet.

 

Moi : Hic !  Oui, ça j’avais compris   Hic !   je ne suis pas stupide    Hic !   Et qu’est-ce que    Hic !   je fais maintenant ?

 

Chéri : Dans ces cas-là, on doit retenir sa respiration, non ?

 

Moi : Combien de   Hic !   temps ?

 

Chéri : Jusqu’à ce que je te dise stop. Je compte jusqu’à trois et à trois tu commences à retenir ta respiration jusqu’à ce que je te le dise. Attention, tu es prête : un, deux, trois, partez !

 

Je commence à retenir ma respiration. Mon Chéri m’observe, très amusé. Petit à petit, je commence à avoir mal au ventre. Mon cœur bat la chamade et mes tempes cognent. Je lance des regards suppliants à Mon Chéri qui ne réagit pas. Puis, au moment où ma tête va exploser :

 

Chéri : C’est bon, tu peux respirer.

 

Moi : Mais ça ne va pas ? Tu es complètement malade ?

 

C. : Quoi ?

 

M. : C’était une tentative de meurtre, c’est ça ? Tu voulais que je meure par asphyxie ? C’est pour toucher l’argent de mon assurance-vie, c’est ça ?

 

C. : Mais non pas du tout. D’ailleurs tu es encore vivante, non ?

 

M. : C’était moins une.

 

C. : Et par ailleurs, j’ai l’impression que ton hoquet est passé.

 

M. : Ah, peut-être .. Hic !   non.

 

C. : Tu ne veux pas essayer de boire un grand verre d’eau d’un trait ?

 

M. : Ca marche, ça ?

 

C. : Il paraît.

 

J’accompagne Mon Chéri dans la cuisine où il prend une tasse et la remplit d’eau.

 

M. : Tu n’avais pas Hic ! parlé d’un « verre ».

 

C. : Mais nos verres sont trop petits. Plus il y a de liquide, mieux c’est.

 

M. : Hic !   Je dois boire toute la tasse ?   Hic !

 

C. : Non, seulement le liquide qu’il y a dedans.

 

Je commence à boire. Evidemment, avant la moitié, j’avale de travers, je m’étrangle et me mets à produire toute sorte de sons bizarres : toussotement, hoquets et râles mêlant les deux. Mon Chéri est mort de rire.

 

Moi (tentant désespérément de reprendre mon souffle) : Han-han… arrgh… Hic ! Merci beaucoup Hic ! très charitable  Hic ! Je souffre et toi tu restes  Hic !  là à te marrer.

 

Chéri (tout sourire) : Attends, je viens de me rappeler un truc. Ca marche beaucoup mieux quand on boit la tête en bas. Tu ne veux pas essayer ?

 

M. : Tu verras    Hic !   la prochaine fois   Hic !   que tu seras malade   Hic !   moi aussi je resterais là à me moquer  Hic !   de toi.

 

C. : Mais tu n’es pas malade, tu as juste le hoquet.

 

M. : Le hoquet   Hic !   peut parfois être une maladie très grave.

 

C. :  Tu veux que j’appelle le médecin ? Le SAMU ?

 

M. : Je ne plaisante  Hic !  pas. Il y a des gens qui   Hic !  ont le hoquet pendant des mois  Hic !  et même des années. J’ai même  Hic !   entendu parler de quelqu’un qui l’a eu pendant plus de  Hic !  cinquante ans.

 

C. : C’est vrai ?

 

M. : Est-ce que tu me quitterais  Hic !  s’il s’avérait que j’avais  Hic !   le hoquet à vie ?

 

C. (hésitant) : Eh bien..

 

M. : Tu me quitterais ? Espèce de   Hic !  c...ard ! Ah, les hommes, vous êtes bien tous les mêmes  Hic !  Quand tout va bien, vous êtes là mais à la première difficulté, vous prenez   Hic !  les jambes à votre cou.

 

C. : Chérie…

 

M. : Et quand on vous demande un coup    Hic !    de main, c’est toujours pareil. Même quand c’est trois fois rien, vous faites des histoires     Hic !  . Et les rares fois où vous nous aidez, vous en faites des tonnes. Limite, il faudrait vous remettre une médaille parce que vous avez passé l’aspirateur ! Mais attends un peu, mon petit vieux, attends la prochaine fois que tu auras besoin d’aide. Quelle que soit l’aide en question, je vais prendre un énorme plaisir à t’envoyer bouler et te tourner en dérision comme tu le fais régulièrement avec toi…

 

C. : Hé, tu ne remarques rien ?

 

M. : …

 

C. : Tu n’as plus le hoquet !

 

M. : Mais oui, c’est vrai !

 

C. : Et tout ça grâce à moi.

 

M. : A toi ? Explique moi un peu comment ça pourrait être grâce à toi ?

 

C. : Souvent, en se concentrant sur autre chose, on arrive à faire passer le hoquet. Là, quand tu t’es énervé contre moi, tu as pensé à autre chose et du coup ton hoquet est passé.

 

M. : Tu veux dire que tu t’es comporté comme un idiot exprès pour me distraire et me faire oublier mon hoquet.

 

C. : C’est ça.

 

M. : Oh, merci Chéri !

 

C. : De rien.

 

M. : Mais du coup une question me vient à l’esprit : toutes les fois où tu t’es comporté de façon stupide et que je n’avais pas le hoquet, c’était quoi la raison ?

 

 

 

Publié dans Inclassable

Commenter cet article

:0014::0010:dom:0075: 16/11/2008 16:59

Pfffffffff ! Tous les mêmes ! toujours ramener à eux les succès que nous obtenons grâce à notre self-contrôle ...Bonne soirée. Bizzzz dom

maguy 16/11/2008 23:42


Tout à fait. Heureusement que nous sommes là pour éviter qu'ils ne prennent la grosse tête !
Bisous


Françoise 14/11/2008 21:21

génial ! t'es inscrite à la Communauté "foll-ouf" si c'est oui, çà ne m'étonne pas, tu es complètement dans le ton bibzz Mag et encore une fois, je reviendrai ! tiens je vais même m'inscrire lol ! merci à toi !

maguy 15/11/2008 00:03


Merci pour tous tes messages, Françoise, à bientôt.


:0091: Lili-Flore :0010: 13/11/2008 22:26

Merci de ton passage, c'est très amusant, mais la chute l'est encore plusPS ; j'ai une méthode infaillible pour passer le hoquet. Les mains réunies dans le dos tu restes bien droite et tu tentes de remonter au maximum tes bras vers les épaules si tu es toute seule, si quelqu'un est avec toi Chéri par exemple, qu'il te fasse boire lentement de l'eau en faisant l'exercice précédent. Et cela fonctionne.

maguy 14/11/2008 00:14


Merci pour le truc, Lili-Flore, je l'essaierai si jamais le hoquet revient.


margot 13/11/2008 16:45

Hi HI Hi ! Le blog à montrer à nos hom's pour se simplifier le travail… toujours juste.

maguy 14/11/2008 00:14


Oui, surtout n'hésite pas


Laudith 13/11/2008 15:35

Savoir provoquer l'autre pour qu'il réagisse positivement, c'est tellement vrai tout ça.Merci pour tes mots laissé sur mon blog.Bonne fin de journée.

maguy 14/11/2008 00:15


Merci pour ton message, Laudith